Atelier_Hist
De gauche à droite: A. Trébosc, J.Bouquié, G.Bonnet

( Cliquer sur les photos pour les agrandir)

 

Une activité de la Société se répète dix fois l’an, et ce, depuis bientôt  dix ans, il s'agit de la séance mensuelle de “ l’Atelier Histoire et Généalogie.”

Créé en 2 000, et ouvert à tous, l’atelier a pour mission d’aider les personnes qui souhaitent retrouver les lignées de leurs ancêtres. Au cours de ces rencontres, les participants peuvent confronter méthodes et démarches, partager leurs listes et surmonter ensemble les difficultés.

 

Jacques Bouquié, après la publication de quatre ouvrages –fruits de ses longues recherches dans les archives- a acquis une solide expérience qu’il aime partager avec les fidèles de l’atelier. Fondateur de cette activité, et toujours animateur, il est récompensé par la participation régulière d’une trentaine de personnes qui apprécient son initiative et son travail et en plébiscitent l’organisation.

Avec de la méthode – mais aussi un minimum de chance- le généalogiste peut remonter plusieurs siècles. Se pose alors la difficile confrontation avec certains documents anciens: présentation, écriture, abréviations, vocabulaire, syntaxe, style etc. Gabrielle Bonnet nous transmet, au début de chaque séance, ses connaissances en paléographie issues d’une étude systématique enrichie d’une longue pratique des textes anciens.

 

Réaliser d’immenses arbres généalogiques aux formes buissonnantes n’est pas une fin en soi. Pour donner de la substance à ce qui ne serait qu’une liste de noms, de dates et de lieux, le généalogiste ressent la nécessité de répondre à un certain nombre de questions. Ces témoins d’une époque révolue qui sont encore en nous, comment vivaient-ils? Qu’étaient leur enfance, leur jeunesse, leur travail, leurs joies, leurs loisirs? Comment faisaient-ils face à leurs peines, à leurs maladies et aux souffrances, physiques et morales? Qu’étaient leurs traditions, leurs coutumes, à quelles croyances se raccrochaient-ils? Pour réduire ces incertitudes, des intervenants partagent avec le groupe les connaissances acquises lors de leur recherche. D’abord orientés sur le quotidien de nos ancêtres, les sujets se sont avec le temps diversifiés et élargis.

Chercher à retrouver le passé n’implique pas de négliger le présent. Les participants sont sensibles à l’atmosphère de ces rencontres. Je reprends ici mes paroles lors de l’assemblée générale du 11 février 2006 rappelant des propos de Jean Gibergues: “…l’animateur (J. Bouquié) sait associer la nécessaire  rigueur historique avec un ton bon enfant tout à fait propice à créer une ambiance conviviale, appréciée de tous et prouvant que l’on peut être crédible et sérieux sans être austère ni ennuyeux.”

Galette                  Galette 2010

 

 

 

 

Galette des rois       16 janvier 2010