Mémoires 2011L'ouvrage de Mémoires 2011  de la SAVBR  comprend deux articles.

De Lunéville à Cayenne, en passant par Villefranche, Jean-François Henry de Richeprey   par Gabrielle Bonnet.

J.F.H. de Richeprey, après des voyages en Corse et en Italie, arrive à Villefranche en 1780 à la demande de Necker pour étudier une plus juste répartition de la taille par la conception de nouveaux cadastres. Il constate rapidement sur le terrain puis révèle au sein de l'Assemblée provinciale de Haute-Guyenne l'injustice flagrante devant l'impôt, n'hésitant pas à dénoncer la non- imposition dont bénéficie le président de cette assemblée: l'évêque de Rodez Mgr de Cicé.

J.F.H. de Richeprey se mariera, en 1785,   à Villefranche avec demoiselle de Gaillardy puis quittera peu après  cette ville pour passer  de la Guyenne à la Guyane   afin de  favoriser l'émancipation des Noirs selon les projets de Lafayette. Grâce à des lettres que Sophie  de Gaillardy écrivait à sa soeur Henriette partie  en Guyane, nous partageons leur quotidienneté où la tendresse de l'aînée envers sa cadette  se mêlait aux  soucis et craintes  que l'éloignement de ce pays  au-delà de l'océan et sa population pouvaient générer. (Nous remercions Mr et Mme Plaut de Pomairols d' avoir permis la  consultation de ces lettres conservées aux archives de la Pèze.)

Cet homme," épris de justice", profondément humaniste et désireux d'oeuvrer pour  l'équité, mourra à 36ans;  ses  valeurs  et ses principes  lui   survivront et présideront à la  conception des cadastres ultérieurs.

L'église de Toulongergues et l'architecture toulongienne par Danièl Brillet.

L' église de Toulongergues,  à angles arrondis et chevet plat, avait traversé tout un millénaire sans modification notable  de sa structure primitive et de sa décoration jusqu'à l'année 1923 où son propriétaire éventra le choeur pour accéder à la nef transformée en grange.  "Redécouverte" par Jacques Bousquet en 1963, cet édifice, malgré de nombreuses recherches, gardait encore ses mystères.

Par  son article, Danièl Brillet, réduit ces incertitudes et sur la base d'une abondante documentation,  parvient à préciser le cadre chronologique de ce monument que l'on qualifiait de manière imprécise  de  "préroman". Une enquête approfondie, une analyse précise et élargie, de nombreuses  comparaisons avec d'autres édifices  du Sud-Ouest et du Midi situeraient son origine dans le cadre de la civilisation wisigothique lors du reflux de ce peuple chassé d'Espagne par les Arabes au début du VIII e. Les spécificités architecturales et les techniques  de construction confirment cette datation. Les peintures du choeur et les gravures des piliers  forment un ensemble unique qui ,bien que mutilé,  fournit  de riches renseignements à l'historien. L'analyse des thèmes: - Abraham et Isaac, le Trétramorphe, l'Étimasie, Adam et Éve, la Dormition de la Vierge, l'Eucharistie, l'aigle et le lapin-lièvre - ainsi que leur style,  permettraient  de dater ces oeuvres de la fin du VIIIe,  elles seraient ainsi  les plus anciennes du Midi.

Ce groupe architectural que Danièl Brillet qualifie de "joyau"  a livré quelques secrets en 135 pages; des photographies, plans, relevés, schémas, permettront au lecteur de voir, au-delà d'un ensemble à l'apparence modeste,  un  "monument d'exception" .

 

Les deux recherches de cet ouvrage n'ont pas seulement un intérêt local ou départemental,  elles s'adressent à tous ceux, qui, dans le Grand Sud, se passionnent pour notre passé.