Histoire et Patrimoine

                                                                        

Samedi 06/09/2014        Présentation par  M. Jean-François Lagarde : « Histoire et usage des cloches et carillon »

Samedi 27/09/2014        Présentation par  M. Bruno Muratet : « Les belles étrangères »

Samedi 06/12/2014        Présentation par  M. J. Gutierrez: « Livres et bibliothèques remarquables »

_____________________________________________________________________________

 

Journées du Patrimoine

 

Samedi 20 et dimanche 21 septembre 2014 : Journées du Patrimoine

 

Conférence le samedi 20 septembre à l’Office de Tourisme à 17h30 par M Bruno Muratet : Villefranche à la croisée des terroirs ; évêques, Templiers, rois.  __________________________________________________________________

                                

 Sortie d’automne

Samedi 04/10/2014 :  9h30 - 12h :Clairvaux  ( avec Mme et M. Delmas comme guides)

13h: repas à la Frégière

15h: le prieuré du Sauvage  

____________________________________________________________________________

 

Assemblée générale d’automne - Communication

 

Samedi 22/11/2014    14h30 : Assemblée générale (réservée aux sociétaires : nouvelles  adhésions, projets, réponses à vos questions…)

                     15h00 : intervention (ouverte à tous) de Mme Geneviève Rigal-Saurel :

                     “Les apothicaires de Najac aux XVII et XVIII siècles   (familles, alliances, métier, situation sociale)”

 

____________________________________________________________________________

Musée

 

Juillet août : du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30

Septembre : du mardi au samedi de 14h à 18h

 

: Festival Teranga (association de potiers, céramistes)

Mi-août/fin septembre : Céramiques contemporaines du musée Palissy de Lacapelle-Biron au Musée Urbain Cabrol

 

 

 

 

 

Un aspect méconnu des dévotions villefranchoises : La Chapelle Ste Barbe

 

Le 05 octobre 1712 Philippe ASTRUC, Sacristain-Curé de la Collégiale, dédiait à Ste BARBE une petite cloche de 50 livres (22 kg – rien à voir avec la cloche actuelle), destinée à la nouvelle chapelle du Cimetière. Le Dimanche 23 octobre 1712, il consacra solennellement à Ste BARBE cette chapelle « après vèpres et complies » (à la nuit tombée). Elle était l'annexe du refuge (l'actuel presbytère) nouvellement bâti sur les fossés de la ville par les « Dames de la Miséricorde ». Les fonds avaient été fournis par « Mr Léonard (Louis) BLAIZE, Procureur Principal des Gabelles à Sel du Languedoc », ancien avocat de Paris, resté en poste « plus de 30 ans dans la ville y menant une vie fort exemplaire» et qui y était mort « en réputation de saincteté » tout juste un mois plus tôt, le 23 09 1712. Les Dames de la Miséricorde voulurent que « son corps fut enterré le premier dans la dite chapelle, il y fut transporté le lendemain », au matin du 24octobre. Ce corps « pour lors rendit une odeur très suave. Ce fut une grande consolation pour ces dames de charité, que d'y conserver les précieux restes d'une personne qui avait fait beaucoup de charitez aux pauvres ... Depuis beaucoup de personnes dévotes , qui ont confiance en ses intercessions , y font faire des prières sur son tombeau , et se trouvant guéries de leurs maladies des fièvres, y font célébrer des messes à son intension en action de graces à Dieu.» (Annales - p 613). Cet éloge d'Etienne CABROL (1654-1742), frère de Jean-Bruno (1639-1710), précédent curé de la Collégiale a la force d'un témoignage.

 

En revanche la personne du sieur BLAISE, ou ses miracles, ne trouvèrent pas un plein agrément aux yeux du présent curé ASTRUC qui allait, un an plus tard, installer à Ste Barbe un thaumaturge concurrent : «Sera mémoire que l'an 1713 / et le 7° jour du mois de septembre / des neuf heures du matin le corps  mr mre / Philippe Astruc pbre sacristain de la / pnt ville se transporta dans le cimetière / de la parroisse pour faire faire l'ouverture / du tombeau de feu , Joseph Azemar ptre / chanoine de lad Eglise dcd / Et pour faire transférer dans la chapelle du / dt Cimetière nouvellement bastie et tombeau basti / de Pierre avec une grande pierre , ou le nom / dud sieur azemar est escrit le tout fait par / Lordre et agréement de monseigneur l'Evesque / de Rodez qui l'a permis aud sr astruc / sur la prière qu'il lui en a faite dela / part des fidèlles pour seconder leur zele et / leur piété apres la confiance qu'ils ont eu / d'adresser au bienheureux azemar puisque dieu / les a favorizés de plusieurs Graces Comme il est de / notoriété publique a ville franche led iour et an / Signé : Astruc Sacristain curé.» (une pleine page du registre). 

 

Un mois plus tard, Philippe ASTRUC allait marier à Ste Barbe sa nièce préférée, Marie, le 02 10 1713. Il s'y fera enterrer après 34 ans de pastorale, le 29 08 1744, suivi l'année d'après le 19 10 1745 par cette même Marie. Les grâces de la chapelle Ste BARBE furent gardées avec un soin jaloux et il n'y eut qu'une poignée de Villefranchois qui eurent ainsi le privilège de s'y marier et moins encore parvinrent à y trouver sépulture.                                                                            Bruno MURATET 2014   

 

 

Suite et fin de la liste des personnes qui ont adhéré  à la SAVBR l'année de sa fondation 1913.(La première partie figure sur la feuille d'informations No 35)

 

Toujours aussi attractive, la Société accueille de nouveaux volontaires issus de divers milieux – mais essentiellement dans ce que l’on pourrait dénommer « l’élite intellectuelle» - et élargit encore la base géographique de son recrutement, c’est bien le Bas-Rouergue, et au-delà  qui démontre sa volonté de défendre son patrimoine.

 

Liste de vingt nouveaux adhérents : (dimanche 2 mars 1913)

 

MM. Jean Bessière, négociant ; Bos, maire de Decazeville ; Boutonnet, notaire, maire de Monteils ; Paulin Calmels, gardien des Pénitents noirs ; J. Casamajou, directeur d’imprimerie ; Cazes, vigneron ; Colomb, maire de Villefranche ; Aug. Colombiès, agent d’assurance ; Dr L. d’Ardenne de Tizac, propriétaire à Malirat ; Dumont, comptable ; Charles Géniaux, homme de lettres, à Paris ; Jules Lauret, instituteur ; Loubatières, avocat ; Roqueplo, receveur des postes ettélégraphes ; Léon Sabatié, négociant ; Tabardel, rentier ; Testory, négociant ; Turq, propriétaire, ancien maire de Salles-Courbatiers ; Vaissettes, notaire, maire de Larouquette ; L. Viguier, industriel, à la Rivière

 

Le 6 avril 1913, 15 futurs adhérents présentent leur candidature. Ce sont M.Casaubon, avoué ; Donadieu, juge à Lorient ; Enjalbert, curé d’Aubin ; Fabre, directeur du Crédit Foncier à Carcassonne ; Froment, curé de Marin ; E. Fualdès, propriétaire à Saint-Clair ; M. Galdou, avocat à la Cour d’appel de Paris ; Paul Galdou, son fils ; J.Granier, juge ; F. Hugonnenc, publiciste à Cransac ; Lespinasse, greffier de paix ; Marty, ancien maire de Najac ; Prunières, ancien conseiller à la Cour d’appel d’Alexandrie ; Rossignol, greffier de paix à Najac ; Dr Vabre.

 

Le 6 juillet 1913 : 16 nouveaux adhérents : MM. Ayrolle, professeur au collège de Béziers ; E. Calmettes, négociant ; David, directeur de l’agence de la Banque de France ; Espessel, professeur au collège ; Fabre, ancien professeur au lycée de Toulouse ; L’abbé Féminy, curé de Najac ; L’abbé Laugé, étudiant ; Henri Mouly, industriel ; Albert Mouly, négociant ; Raynal, industriel à Capdenac ; Rigal, vétérinaire ; Robert, maire de Lafouillade ; Salette, notaire ; A. de Sambucy, propriétaire à Cazelles ; Serres, sous-ingénieur des Ponts et Chaussées ; Ph. Vialla, ancien négociant

Le 9 novembre 1913 : 3 nouveaux sociétaires 

 

MM. de Lassagne, capitaine d’état-major au château de la Boissonnade ; V. Granier, pharmacien à Villefranche ; G. Phalip, avocat, à Bassinet.

D’autres sociétaires s’inscriront et le 7 décembre 1913, Fernand Bastide, libraire, deviendra le 148ème adhérent. La loi du 31 décembre 1913 leur fournira le cadre règlementaire tant attendu pour favoriser le succès de leurs actions.