Article paru dans le journal: "Le VILLEFRANCHOIS ""Le VILLEFRANCHOIS " " "Le VILLEFRANCHOIS "Le VILLEFRANCHOIS ""Le VILLEFRANCHOIS ""Le VILLEFRANCHOIS "

Présentation de l'ouvrage à Serge Roques Photo C. Loupias

 

Il aura fallu à Gabrielle Bonnet presque dix ans de patience et de pugnacité, entre l'ouvrage édité en 2007 et celui qu'elle a achevé cette année sur ce «cadastre ancien» de la ville.

Les archives recèlent toujours d'incroyables trésors. En dépit du temps qui passe, de la poussière qui s'accumule et de la dégradation qui va avec, celles de Villefranche possèdent de quoi démontrer l'évolution de la bastide. En travaillant sur le projet de réhabilitation du «cadastre ancien» de la ville, Gabrielle Bonnet savait qu'elle amorçait un projet au (très) long cours, sans que cela n'ait rien du paisible fleuve tranquille. Le président de la Société des amis de Villefranche Bruno Muratet parle de «la vraie résurrection du cadastre de la ville».

«opération miraculeuse»

Une opération qu'il juge «miraculeuse». Sans le travail acharné de Gabrielle Bonnet qui a réussi à reconstituer un ouvrage disparu, l'histoire urbanistique de cette singulière bastide du Sud-Ouest aurait été ponctuée de pas mal de trous. La cohérence de cet ensemble courant de 1518 à 1652 (après le tome I paru en 2007 portant sur les «gaches» (quartiers) de l'Église, du Gua et de la Fontaine et le tome II terminé à paraître en février prochain sur la gache du Puech) n'échappe à personne. Pas plus à l'historien patenté qu'au profane tout terrain.

«Ce travail apporte un éclaircissement sur l'occupation de la ville avec les noms des habitants et le temps qu'ils sont restés dans leurs quartiers», poursuit Bruno Muratet, ce qui est indispensable pour l'histoire et l'urbanisme, car si aujourd'hui certains essayent de créer des villes invivables, personne n'a trouvé le talent des anciens qui ont construit des cités comme Villefranche». Pour lui cet ouvrage s'avère être le plus important édité depuis les annales de Cabrol. «Ni Albi, ni Toulouse, ni même Paris, n'ont cela car c'est unique en France, ce qui définit Villefranche comme une ville unique au niveau urbanistique», reconnut Bruno Muratet. Lors de la récente présentation initiée à l'hôtel de ville, le maire Serge Roques emboîta le pas du président de la société savante. «On se dit que Villefranche est bien une ville particulièrement riche, encore faut-il qu'il y ait des citoyens qui s'intéressent», apprécia le maire en mettant en avant le travail colossal, millimétré, mené par Gabrielle Bonnet.

Pas d'équivoque pour lui, il la salua en mettant en exergue «le service éminent que vous avez rendu à la ville, car nous savons qu'en connaissant le passé, nous préparons l'avenir…».